Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 22:20


Published by D'haegeleer
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 15:13
12 grands formats de ma série "PORTRAITS"
dans le hall de la Maison de la Culture de Namur,
du 13/09 au 2/11 2008. 








 
Published by D'haegeleer
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 12:04








 Matière de Bretagne.

 Quand marcher ne rapproche pas, 
 effectuer de simples demi-tours sur le sentier des douaniers, 
 alors seulement, le futur recommence.
 Un hortensia très bleu invite à la lecture à haute voix de poèmes choisis.
 Dix neuf errants à l'écoute avec les yeux, sont là pour un travail photographique 
 sur le paysage.
 Il est des lieux de visite et de magnifiques, 
 ce qui accueille ici, comme l'hôte, 
 c'est l'atelier à ciel ouvert, hors des images.
 Voilà, c'est dit, maintenant dispersion... 
 La marée nouvelle nous retrouvera bavards chez notre hôte autour d'un verre de vin.
 Pierres, sables, chemins creux, fenêtres, silhouettes, tout est à trouver et va trouver sa place, 
 pour un instant.
 Chercher la faille et se jeter au dehors.
 "Je veux m'enchevêtrer, 
 dire le passage, 
 la bascule du ciel, 
 la couleur qui exagère, 
 encore!". 
 Pays-sculpture aux mille faces, point de vue unique. 
 Poussières, lumières, matières de Bretagne, et c'est déjà le soir sur la mer.
 Finistère où les signes sont d'avant.
 Luc Stokart 




 




Deux séjours successifs en Bretagne, en juillet 2006 et 2007, ont amenés 19 photographes liés de
près ou de loin à l'Académie des Beaux-Arts de Charleroi , élèves, professeurs ou amis, à publier
un ouvrage de photographies : "Entre Trégor et Léon. Matière de Bretagne." qui est à la base d'une
exposition au Palais des Beaux-Arts de Charleroi (http://www.charleroi-museum.org), du 6 juin au
9 août 2008 . Tous passionnés de photographie et de paysages, ils ont posé leurs sacs à Saint Samson,
dans la baie de Morlaix, chez leurs hôtes Mireille et Michel Lemoigne à la maison de Kerdiès.
Postulat de départ, l'exploration autour du gîte de Saint-Samson se fait exclusivement à pied ou à vélo,
chacun étant ainsi encouragé à développer son propre univers loin des clichés et du pittoresque.
Installations, tirages barytés noirs et blancs, impressions jet d'encre, livres d'artistes, j'y expose une

vingtaine de tirages couleurs dont je vous donne un aperçu ci-après. Un aperçu de l'exposition

est visible sur http://www.acaphoto.be
  


 














Published by D'haegeleer
commenter cet article
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 18:33

undefinedExtrait du livre de photographies
"PORTRAIT" (husson-editeur)

Et si les arbres dits « remarquables » ne l’étaient pas tant que ça? Si derrière leur image d’exception, de phénomène de foire, ils n’étaient au fond que l’arbre qui cache la forêt ? D’ailleurs, les arbres n’en demandent pas tant, ils sont plus humbles que ça, ils peuvent disparaître en silence.

En 1980, sur un versant isolé des Pyrénées orientales, dans une de ces retraites en proie à l’anarchie du taillis et à l’étreinte fatale des lierres et des ronces, j’ai rencontré un bataillon de vieux châtaigniers oubliés là, comme après une guerre depuis longtemps perdue. Dans un ballet figé, leurs longues branches surplombaient la forêt environnante lançant au ciel des appels éperdus et dérisoires.

C’étaient quelques-uns des survivants de ce qu’on appelle « la civilisation de l’arbre à pain » qui pendant des siècles, dans des régions entières avait fait du châtaignier « le maître des terroirs * Leroy Ladurie», grand pourvoyeur de biens et de nourriture pour des générations de communautés d’hommes. Ils pouvaient vivre jusqu’à 15 siècles. Aujourd’hui leur culture a presque complètement disparu laminée par les maladies, l’exode rural et leur abattage systématique au profit des usines à tanin...

Leur démesure, leurs postures théâtrales, leur apparence fabuleuse et l’aura de dieux païens qui émane d’eux, mais aussi le calme et le silence inquiétants propres aux endroits abandonnés, le sentiment d’intrusion et la subtile présence des fantômes, confèrent à ce lieu toutes les marques de l’antique bois sacré. Depuis, de voyages en vacances, d’occasions en détours, je reviens dans ce panthéon devenu aujourd’hui familier pour y photographier, un peu en documentaliste, les derniers vestiges de cette statuaire vivante et son lent retour à la terre.

Petit-ch-taignier-en-S.jpgA force de les côtoyer, j’ai fini par leur donner des noms : le danseur, tête de mort, big fat, grand blessé, le boudeur, vers le ciel, le délicat, etc… Peu à peu, ils disparaissent. Certains, vacillant sur leurs terrasses ruinées, vaincus par l’érosion et l’incessant travail de sape des sangliers, s’abattent comme des tours dans un jaillissement de ronces et de baliveaux qui explosent vers la lumière soudainement accessible. D’autres ont disparu, enfouis sous une prétentieuse végétation de pacotille, absorbés par la montagne ou par ma mémoire défaillante.

Chacun de ces arbres avait été soigneusement sélectionné, greffé et cultivé sur une des mille terrasses âprement édifiées et entretenues pour lui. Il avait été nourri, soigné, taillé et parcimonieusement exploité pour être légué de génération en génération comme un bien précieux et vivant. Chaque taille, chaque coup porté, chaque prélèvement d’écorce ou de tige, chaque jeu d’enfant chapardeur, chaque récolte, chaque frottement d’animal entravé, chaque feu trop proche, chaque guerre et chaque maladie au long des siècles et de sa vie d’arbre, était inscrit en lui, l’avait façonné, avait distillé lentement au cours des temps, un peu de l’histoire de l’homme dans l’arbre.

Tout ce que le passé nous a laissé, des cathédrales aux paysages, des œuvres d’art aux traditions les plus ancrées, tout ce qui nous relie à l’histoire et tisse notre mémoire collective, rien de tout cela ne m’a jamais autant procuré cette sensation irrationnelle de me trouver réellement transporté dans ce passé, comme pris à témoin par ce choeur d’arbres vivants et si singuliers qu’on peut en faire les portraits.

Loin des arbres clonés sagement alignés, je souhaiterais ici, à l’intention d’une époque moins pressée, laisser ces arbres mémoires montrer la beauté, la richesse et la réserve d’imaginaire que la nature peut offrir quand on vit avec elle en bonne intelligence.

                                                                                                                                                                     Luc D’haegeleer


Essai-1.jpgEssai-2.jpgEssai-3.jpg

undefined

EXPOSITION des photographies du livre "PORTRAITS",
à la librairie photo galerie HUSSON, 
www.husson-editeur.be
du samedi 22 mars au lundi 5 mai 2008, le samedi, dimanche, lundi de 14 à 19 h,

142 chaussée d'Alsemberg à1060 Bruxelles.

VERNISSAGE le jeudi 10 avril 2008 à partir de 18 h.




Published by D'haegeleer
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Luc D'haegeleer
  • Le blog de Luc D'haegeleer
  • : Il y a plus de trente ans que je photographie au moyen format, la nature et les intéractions entre l'homme et la nature, les traces laissées par l'homme dans l'environnement. Je la photographie partout où mes voyages me mènent. Je considère mes photographies comme des documents au service d'une mémoire. Mes sujets de prédilection sont les arbres, les espaces à l'abandon, les friches les zones périurbaines... Ce blog vous informe sur mes réalisations actuelles, sur mes projets, sur mes travaux pa
  • Contact

Recherche